Jump to content
ninik

7th Sea Seconde édition : A la découverte de Thea

Recommended Posts

 

 

Oyez, Oyez !

Voilà, une deuxième table de 7th Sea se lance et je cherche un quatrième joueur !

Joueurs inscrits :

- Emilie

- Philippe

- Remy

Permettez-moi de vous donner un peu envie d'attraper une rapière et de vous précipiter avec moi sur Thea pour explorer et lutter contre les vilains !

Ainsi parlons un peu du monde (bien entendu, je ne fais que le survoler, une partie de ma campagne étant basée sur la découverte de cet univers génial et magnifique). Thea (le nom du continent) peut-être vu comme un cousin éloigné de notre Europe de 1668. Nous avons le royaume triple d'Avalon, ses fiers Highlander, ses bagarreurs d'Inismore, gouverné par un roi aussi fou qu'immortel, et la reine Elaine, qui a ramené le graal de chez les Sidhes, autorisés par eux à régner. Là bas, les légendes prennent vie...

Nous avons Montaingne, dirigé par le Roi Soleil, qui a rejeté l'Eglise et dont la noblesse vit de faste pendant que le peuple a faim. Pourtant, les mousquetaires montaignes cherchent à défendre les faibles et les opprimés... En Castille, on doit aussi se relever, entre l'invasion montaigne avortée, et l'Inquisition opprimant son peuple. Le Bon Roi Sandoval essaie de redresser la situation, mais c'est difficile quand on a 16 ans. Heureusement, Los Vagabundos est là pour défendre les faibles. En Eisen aussi, on cherche à survivre, le pays ayant été mis à feu et à sang par les Eisen, alors que le frère combattait le frère pour des raisons religieuses (Objectionnistes contre l'Eglise). A cela s'ajoutent les sombres créatures qui vivent dans la Forêt Noire, et on obtient un peuple fier et rude, mais plutôt désespéré. En Vendel, on a compris qu'il fallait quitter les anciennes voies et se tourner vers le commerce, et marchands et jarl se sont alliés pour créer un royaume de commerce puissant et florissant. Les fiers Vodacce, dirigés par des Princes marchands, ne voient pas cela d'un bon oeil, mais ils sont tellement occupés à se manipuler et à s'assassiner (sans parler des malédictions des Sorcières de la destinée) qu'ils ne peuvent s'allier. N'oublions pas la rude Ussura, dirigée par Grand Mère Hiver, et le Commonwealth, première démocratie.

7th Sea, c'est donc des intrigues, du flamboyant, du panache, mais aussi de la magie, chaque peuple maitrisant une forme de sorcellerie, ainsi que des sociétés secrètes. A cela s'ajoute bien entendu de la piraterie, mais aussi de l'exploration de ruines étranges, et bien d'autres choses, l'univers étant très vaste !

Ce qu'il faut comprendre, c'est que vous jouer des Héros ! Ainsi, si vous entendez le cri d'une jeune femme en détresse, vous bondissez à sa rescousse, on ne vole pas, on ne torture pas, et on ne tue jamais ! Je serai intraitable avec cela, et quelqu'un qui commencerait à agir en Vilain serait pnj en très peu de séances.

Le système de jeu est prévu pour qu'il soit très difficile de mourir, et que vous puissiez vous lâcher pour être flamboyant, vous suspendre au lustre, défaire de nombreux ennemis, et tout ce que l'on peut voir dans les films de cape et d'épée.

Au niveau de ce que je recherche, il me faut quelqu'un qui soit capable de s'investir. On joue un mardi sur deux (création de perso dans deux semaines), et j'ai besoin de quelqu'un qui saura être là la plupart des séances (on peut tous avoir un empêchement bien entendu, mais voilà, on s'engage dans une campagne). Et aussi, si quelque chose ne va pas, qu'il sache m'en parler. Je suis complètement ouvert à la discussion mais je tolère assez mal qu'on quitte ma table avec un simple mp "je m'en vais". Je cherche quelqu'un qui sache s'amuser, mais s'amuser à travers le roleplay et l'ambiance. Venir et sortir des blagues tout le temps, ou avoir le nez dans son téléphone en tendant vaguement l'oreille ne me va pas non-plus. Oui je suis exigeant, mais vous verrez que je vous le rendrai, avec un univers sublime et haut en couleur, que je saurai vous faire découvrir et apprécier longuement !

Pour toutes questions, n'hésitez pas à me contacter

7th sea.jpg

Edited by ninik

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il n'y aura pas de Verrine, ça ne t'inquiète pas là-dessus. Pour Atlantys, je me suis plongé dans l'univers du jeu pour vous en faire ressentir l'ambiance, et je ferai pareil ici, mais du coup, on aura une ambiance bien différente. Mais oui, j'attends de vous bien plus de sérieux, mais j'ai confiance en vous pour cela^^

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'espère que c'est pas à cause de moi, parce que mon perso, Theophrastos Ribera, est quasiment terminé pour la partie technique (çà va vite quand on sait ce qu'on veut et qu'il n'y a pas de magie). Pour le background, j'ai déjà quelques idées mais il faut que je creuse encore.

Tu préfères que je t'nvoie le bg en MP ou je peux le poster ici ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Emilie n'est pas là non-plus, donc mieux vaut attendre la fois suivante du coup. Sinon pour le bg, c'est comme tu veux, si tu veux le rendre public ça ne me gène pas, si tu as des petits secrets, tu peux me l'envoyer en mp

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je suis intéressé pour rejoindre la table, je suis nouveau à la fumble mais je joue depuis 15 ans au jdr, j'aimerai juste savoir quel jour les partie se font?

Edited by Voggand

Share this post


Link to post
Share on other sites

Hello et bienvenue ! Comme je l'ai mis dans la présentation, un mardi sur deux à commencer par le 15 novembre !

Je vois que tu es complètement nouveau, que dirais-tu d'aller te présenter, histoire que le club puisse apprendre à te connaitre ? ^^

Share this post


Link to post
Share on other sites

ok moi je veux bien tenter l aventure si il y a toujours place (je peux attendre si il faut ;) )

ça sera ma première expérience en création de personnage je promet de m applique si vous avais le minimum syndical d indulgence mdr 

a très vite dans ce monde et dans l autre :D

Share this post


Link to post
Share on other sites

Eh bien oui, visiblement la place est toujours libre^^.

Pour le reste, nous n'avons aucun soucis avec le côté novice, tu verras tu seras bien encadrée. La création de personnage n'est pas complexe, 7th Sea étant un jeu des plus abordable. Donc rendez-vous le 15 novembre, et on créera ensemble nos persos^^

Sinon, pour ceux qui visualisent, je pense que je vous ferai débuter à Freiburg (les autres, vous découvrirez une ville passionnante ^^). Un scénario neutre le temps d'avoir vos petits historiques, et ensuite on pourra faire progresser vos récits personnels ^^

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bien le bonsoir mes jeunes amis. Mmmhhh, ce feu fait du bien à mes vieilles articulations…

Comment ! Vous voudriez en savoir plus sur moi. Mais bien sûr, je n’ai rien à cacher. Je m’en vais donc vous conter les 40 ans de la vie trépidante de Théophraste Ribera, grand alchimiste et médecin de génie…

Quoi, j’en entends un qui ricane là. Soit, j’ai un peu plus de 40 ans, mais vous pouvez bien laisser cette coquetterie à un vieil homme comme moi.

Bon, foin de ce paltoquet, commençons notre histoire…

Théophraste Ribera, moi-même en l’occurrence, est né par un beau matin de juillet dans la petite ville de Carmona dans l’Ouest de la Castille, bercé par le chant des oiseaux et l’odeur des fleurs… Hum, mon père, Fernando Ribera, étant boucher et la maison familiale étant sise non loin des tanneries de la ville, mon enfance fut plutôt bercée par les cris des bêtes qu’on mène à l’abattoir et par l’odeur des produits chimiques. Très tôt, ma curiosité naturelle me poussa à essayer de comprendre comment fonctionnait les êtres vivants. Alors que j’aidais mon père dans son labeur, je tripatouillais dans les viscères encore chaudes. Identifiant les différents organes et leurs fonctions. Et quand je ne travaillais pas à la boucherie, je donnais un coup de main à mon oncle, Ambrosio, alchimiste de son état, qui préparait les décoctions nécessaires au tannage des peaux. Une jeunesse exaltante que voilà…

Jeune dame, si vous voulez vomir, allez derrière ces buissons afin que l’odeur n’indispose pas vos petits camarades…

Mon avenir était tout tracé. Je serais apprenti de mon oncle et je reprendrais son affaire le moment venu. Puis il y eut Salomé. Que dire d’elle… Salomé était un soleil dans un monde gris, terne et puant, il faut bien l’avouer avec le recul. Mais bon, je suis médecin, pas poète, reprenons donc. Salomé était la plus jolie fille de la ville et j’en étais amoureux, comme tous les garçons de mon âge. Mais, je n’étais pas riche et elle n’avait d’yeux que pour les rutilants uniformes des militaires. Du coup, j’envoyais tout paître et m’enfuyais pour rejoindre les fusiliers-marins du régiment « San Marco ».

La vie de soldat se révéla principalement constituée de longues périodes d’ennui ponctuée de courts moments de danger absolu. Et puis question prestige, l’uniforme de simple soldat en apporte très peu auprès de la gente féminine non rémunéré. Heureusement je fus repéré par le Capitan Domingo de la Vega suite à un combat contre des pirates. Au cours de ce combat, le soldat Pietro fût blessé à la jambe. Je me précipitais pour faire un garrot, ce qui sauva la vie du brave Pietro et même sa jambe. Le chirurgien de bord étant d’ailleurs fort étonné de ne pas devoir amputer le membre. Le Baron de la Vega y Tarago voyant bien que je n’étais pas vraiment à ma place parmi la troupe, me libéra de mes obligations et m’envoya à l’Université de San Cristobal sur ses deniers.

Ah, San Cristobal, la ville qui compte le plus d’églises au monde… et de tavernes. Il faut bien avouer qu’au cours de mes dix ans d’études pour devenir Alchimiste et Médecin, j’ai plus fréquenté les secondes que les premières. Juan, Roberto, Marisol, au cours de ces années, je me fis de nombreux amis ainsi qu’autant d’ennemis. Mais raconter mes aventures de cette époque nous amènerais trop loin dans la nuit et ne vous éclairerais pas sur la raison de ma présence parmi vous ce soir. Passons donc à la suite de ma vie…

Une fois mes diplômes obtenus, je me rendis en la ville de Tarago pour me mettre au service de mon bienfaiteur, le Baron de la Vega. Après m’être installé, j’épousais Gloria Ximenes avec qui j’eu une vie simple et tranquille. Malheureusement, Dieu et les Prophètes ne nous ont jamais offert la joie d’avoir des enfants. Il y a 7 ans, Gloria décéda des suites d’une maladie que je ne parvins pas à soigner. Après ce drame, je me plongeais totalement dans le travail dans l’espoir, vain, de pouvoir soigner toutes les maladies qui affligent l’humanité. Finalement, il y a 4 ans, les Montaigne déclenchèrent leur invasion…

Tarago tomba dans les premières semaines de l’attaque. J’étais à l’hôpital afin de prodiguer des soins aux nombreux blessés des combats quand des brutes déboulèrent et me forcèrent manu militari à les suivre auprès de leur maître, le Marquis Antoine Houdar de la Motte. Les alchimistes castillans étant célèbres, celui-ci avait ourdi le plan d’en séquestrer un afin qu’il découvre la formule de la pierre philosophale. Le dit Marquis étant propriétaire d’une mine de plomb qu’il rêvait de transformer en mine d’or. Pour mon malheur, je fus cet alchimiste. Prestement ligoté, je fus emmené au château de la Motte et confié aux bons soins d’Adonis Clément, l’intendant du Marquis. Adonis Clément, nul homme ne porta jamais plus mal son nom. Non seulement il est plus laid qu’un furoncle, mais la clémence est un concept qui ne fît jamais partie de son vocabulaire. Enfermé dans un laboratoire exigu, forcé de travailler de l’aube au crépuscule, je désespérais de mon sort. Heureusement, je me fis un ami en la personne du chef des gardes, le mousquetaire Gonzague Doré. Connaissant mes talents de médecin, il m’amenait régulièrement, en secret, des blessés ou des malades de la garnison ou du village attenant pour que j’exerce mon art. Il y a quelques mois, Gonzague amena une jeune femme qui présentait des symptômes inconnus d’une nouvelle maladie qui commençait à sévir dans la région. Reconnaissant des signes décrits par un collègue Eisen, je parvins à convaincre Gonzague que nous avions la une maladie qui pouvait, potentiellement, transformer les gens en monstres. N’ayant aucune possibilité de trouver un remède en ces murs, il accepta de me faire évader, me faisant promettre sur mon honneur que je ferais tout pour trouver un traitement à même de sauver ses compatriotes.

Tarago étant en ruine et le baron disparu, je me décidais à prendre mon bâton de marche afin de me rendre en Eisen pour étudier le mal à la source. Et me voici, prêt à écrire la Légende de Théophraste Ribera, le plus grand médecin de Théah...

Bombastus.jpg

Edited by LordJagged

Share this post


Link to post
Share on other sites

Théa est un monde vivant ! Existant depuis la fin des années 90, il a eu le temps de grossir, de mûrir, et nous est revenu aujourd'hui. Mais c'est un univers dense, foisonnant, vivant (oui je me répète), avec ses religions, ses dirigeants, ses guerres de religion, ses héros et ses vilains, ses merveilles et ses problèmes. C'est un monde qui a un passé, mais aussi un futur. Nombre de protagonistes rêvent du futur de leur pays, voir de Théa. C'est un monde avec son calendrier, ses coutumes, ses légendes, qui est, par certains côtés, le reflet du notre, mais qui possède sa propre identité. Ainsi, il ne faudra surtout pas s'imaginer que ce que vous découvrirez lors des premiers scénarios, est le reflet, et de Théah, et de ce que vous allez affronter. Eisen est un pays ravagé par une guerre qui vient de se terminer, et la pire des guerres que l'on puisse imaginer, puisque les Eisens ont affronté... D'autres Eisens. Et à peine la guerre finie, les horreurs se sont abattues sur eux (pillards bien entendu, mais aussi de vrais horreurs, comme des morts qui se relèvent...). Vous allez découvrir ce pays, mais aussi la ville la plus célèbres d'Eisen, Freiburg, ville gouvernée par un athée (dire que l'athéisme est rare est un euphémisme) mais aussi et surtout ville que cet athée fait tout pour ne pas gouverner (pas de taxes, très peu de lois et de milice, etc). Cependant, le jour où vous quitterai Eisen pour aller visiter l'Ussura, Avalon, Montaigne ou encore Castille, vous découvrirez une ambiance bien différente et des dangers bien différents, mais tout aussi mortels (croire que parce qu'en Vodacce on s'habille bien, on parle bien, que les femmes y sont magnifiques et qu'on a peu de chances de croiser un zombie dans la campagne, que du coup les dangers sont absent, est le meilleur moyen de finir sa vie dans un canal après avoir reçu un poignard dans le dos).

N'ayez pas contre aucune crainte, vous découvrirez ce monde petit à petit, et je n'entends pas vous noyer dès le départ sous les informations, mais vous faire découvrir, pas à pas, Théah, ce monde que j'aime !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je le suis énormément amusé pendant la courte partie de ce soir. C'est très prometteur pour la suite, je vais beaucoup m'amuser à vous faire explorer Théa !

Dans deux semaines, je vous présente Monsieur Ulfson, et vous allez découvrir quelque chose qui vous emmèneront, à n'en pas douter, à plonger dans des endroits particulièrement sombre d'Eisen.

Au fait, j'ai oublié de vous proposer d'appartenir à une Société Secrète, faites-moi penser à vous les présenter (vous connaissez déjà Los Vagabundos) et à vous laissez en choisir une si cela vous intéresse (ça ne coute pas de point de création et c'est facultatif). Bien entendu si vous voulez que je les développe pour que vous puissiez l'intégrer à votre background, dites-le moi

Share this post


Link to post
Share on other sites

Yannik, tu pourrais mettre les noms des différents PJ et PNJ et le nom de l'auberge aussi. J'étais bien fatigué et je n'ai pas noté tout. Ce, afin que je puisse rédiger un Compte-rendu véridique des aventures extraordinaires du sieur Theophraste Ribera, le plus complet et exact possible. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'auberge s'appelle le Faules Rübe.

PJs nous avons Rolf Wilhelm Baerschloss, et je ne me rappelle plus le nom du pj de Vivi

PNJ : Alison, l'actrice qui a disparu

- Guy Weill, le peintre qui recherche Alison

- Janko Pfeiffer : le loueur d'Alison qui l'a vendu

- Lars Ulfson : Vendel trafiquant de chair humaine

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et voici le résumé de nos premières aventures :

Theophraste, visiblement fatigué par un long voyage, entre dans une auberge au nom évocateur de « Die Faules Rüben ». Et il est indéniable  qu’une forte odeur de navet cuit s’échappe des lieux.

D’un coup d’œil, je fais le tour de la salle et j’avise une Avalonienne qui sirote une bière, l’air un peu perdu, et décide de l’aborder. Entre étrangers dans une cité, nous pourrons sûrement nous entraider. Même si on ne peut pas forcément faire confiance à une pirate Avalonienne.

Regan McGrifin,Eléonore Adrew tel est le nom qu’utilise la jeune femme pour se présenter. Quoique sympathique, elle préfère taire la raison de sa présence à Freiburg. Alors que nous sirotons notre seconde chopine, voilà qu’entre un couple bien étrange. L’un est grand, hâve, avec un regard hanté et portant des habits noirs, il se présentera comme étant le père Rolf Wilhelm Baerschloss. L’autre est plus quelconque mais porte un tableau représentant une jeune femme fort avenante, son nom (au jeune homme, pas à la fille pour ceux qui ne suivent pas) est Guy Weill. Il a été visiblement battu comme plâtre récemment. Les deux compères s’installent à la table voisine de la nôtre et commencent à deviser. Impossible de ne pas suivre leur conversation.

Guy souhaitait montrer son œuvre terminée à son modèle, prénommée Alison, afin de recevoir ses éloges … et probablement plus si vous voulez mon humble avis. Toujours est-il qu’à son appartement, il a trouvé porte close et que le logeur d’Alison lui a dit qu’elle était partie. Devant l’insistance de Guy, le scélérat, du nom de Janko Pfeiffer, a appelé ses hommes de main et lui a fait administrer une solide correction. A ce moment de la conversation, Eléonore Regan et votre serviteur, rejoignons leur table afin d’offrir notre aide pour retrouver la donzelle.

Ni une, ni deux, nous nous mettons tous les quatre en route vers la tanière de ce malfaisant de Pfeiffer. Sur place, l’individu surgit bientôt armé de deux pistolets à la ceinture et accompagné d’une dizaine de sbires. Profitant que le ton monte et de ma taille mesurée, je me glisse derrière le comptoir non sans avoir subtilisé les deux pétoires. Regan Eléonore parvient par sa verve à calmer le jeu, mais leur principal argument à lui et à Rolf est qu’il ne faut pas s’attaquer à un vieillard. Du coup mon sang ne fait qu’un tour et je me dresse avec les armes brandies, en criant « Diantre, cessez donc. Je ne suis pas un vieil homme ! ».

Quelques balles dans les pieds de Janko et quelques horions plus tard, les sbires gisent assommés ou s’enfuient avec la fortune de leur patron. A notre merci, celui-ci nous révèle qu’il a vendu la demoiselle à un souteneur nommé Lars Ulfson car elle se refusait à lui. Un être aussi vil mérite amplement le séjour qu’il fera bientôt dans les geôles de la ville.

Edited by LordJagged

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bien, nous avons un abandon, donc il y a à présent une place à prendre dans ma campagne de 7th Sea. N'hésitez pas à lire notre résumé de Théophraste pour voir l'ambiance, à lire ma présentation plus haut et à venir me poser des questions !

On joue un mardi sur deux (sur le calendrier la campagne s'appelle "A la découverte de Théa"

Share this post


Link to post
Share on other sites

j'en suis cher ami !

(oui, j'ai tout lu promis !)

il faut juste, soit que j'arrive plus tôt avant la prochaine séance pour la création de perso, soit (si celle ci est plutôt longue) trouver même une date qui te conviendrai pour qu'on crée mon personnage

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je dirais qu'il faut une heure pour la dite création, si tu comprends un minimum l'anglais. Donc effectivement, soit on se retrouve vers 16h30 ou 17h le mardi de la prochaine séance, soit on peut se retrouver par exemple vendredi pour la création

Share this post


Link to post
Share on other sites

personnellement, les deux me vont, mais je crois que je prendrai vendredi, comme ça on est sûr de ne pas empiéter sur la partie, ça serai dommage

ce vendredi ci ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Si ça te va, c'est parfait pour moi ! Et oui, on peut faire ça sans stresser parce que l'heure de la partie arrive. Vendredi, heure du club, ça te va ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Create New...