Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'débat'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Fumble Asylum
    • Présentation
    • Annonces officielles
    • Annonces Events
  • Jeux de Rôles
    • Salle de Jeux
    • Nouvelles tables et discussion jdr
    • Bibliothèque
    • Aide de jeux
  • Général
    • Histoire de Bar
    • Jeux de Plateau
    • Aide du forum

Calendriers

  • Tables de campagne
  • Tables tournantes, one shot
  • Table de campagne (Player)
  • Tables tournantes, one shot (Player)
  • Création PJ
  • Jeux de Plateaux
  • Table Ronde
  • Annulé
  • FNM, Tournois
  • Fumble Town
  • Events externes
  • Réunion, AG

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Cabochon


Partenaire


LudiCon


Permanence


Jeux Maitrisés


Jeux Joués


Disponibilités


Prénom


Lieu


Passions


Skype


Facebook


Site perso


Discord

2 résultats trouvés

  1. skunkbeufa

    Poucez-vous de là, que je m'y mette

    Se serais bien de retirer en même temps la banderole qui annonce des événement vieux de 3 mois Triste en même temps que celle ci n'a pas annoncé les événements qui ont eu (vont avoir lieu)
  2. J'ai parcouru des forums, lu et relu des règles et je trouve qu'il y a beaucoup de choses qui se disent, des expériences variées etc etc... Cependant, il y a des détails que j'ai l'impression qu'on simplifie souvent et des gens qui ne se prennent pas assez la tête (ou qui se la prennent trop au contraire). Plus encore, j'ai l'impression qu'il y a des choses qu'on a tendance à sous-estimer et qui, de mon point de vue, méritent des révisions. En bref, j'entends beaucoup de choses sur les classes et leur fonctionnement mais je ne suis pas toujours d'accord (même avec ceux qui les on créées). Là maintenant, je n'ai pas des montagnes d'exemples mais je vais faire avec ce qui me vient à l'esprit. Libre à vous de critiquer mais par pitié, j'aimerai des réponses et des réactions développées et constructives. Par exemple, le simple fait de dire que j'ai tort, que telle chose est trop forte ou trop faible ne m'intéresse pas: Développez, argumentez et citez des exemples car je n'ai pas une aussi solide expérience du jeu de rôle ou de pathfinder. Lanceurs de sorts VS Autres: J'entends souvent beaucoup d'éloges à propos des lanceurs de sorts à côtés des martiaux, surtout dans le domaine martial précisément. Je reconnais beaucoup de choses mais je trouves que certains aspects sont un peu étouffés ou idéalisés. -Les classes martiales (guerrier, roublard, etc.) sont plus limités que les lanceurs de sorts qui volent, qui deviennent invisibles, font de la divination, déchaînent des boules de feu, etc. Ben justement... je les trouve quand même limités: Même si des joueurs trouvent le moyen de détourner des utilisations, découvrent des combinaisons décisives et font d'eux des personnage optimisés au maximum, je trouve justement qu'ils sont plus limités que les martiaux: Donner un coup d'épée, désamorcer un piège, détruire un objet, sauter loin,... Les martiaux peuvent en faire vingt dans la journée, ils pourront toujours le faire. A bas niveau, les lanceurs de sorts n'ont qu'un quota de sort limité par jour. Même si les personnages peuvent lancer un éclair en chaîne dix fois, au bout de la onzième, y en a plus. Après, on mentionnera toujours les capacités limitées des martiaux mais ne valent-elles finalement pas autant qu'un sort? Pour exemple: Pacte du chasseur, imposition des mains, réserve de ki et autres ont des usages limités mais elles paraissent tout de même aussi précieuses que des sorts même si elles ne permettent pas l'impossible. De plus, je pense qu'un personnage martial est plus instinctif et plus évident qu'un lanceur de sort. D'expérience, j'ai joué avec des enfants et des ados... la plupart choisissent le barbare! Il y en avait qui utilisaient des druides ou des magos mais en fin de compte, ils n'étaient pas tous à l'aise avec un personnage qui possède autant d'adaptabilité prémachée. De plus, il me semble que bien des sorts peuvent être utilisés via des objets magiques même si la plupart de ces derniers sont hors de prix ou accessibles à plus haut niveau seulement. Investir dans le vol lorsque la compagnie arrive à trouver des ailes de vol, à acheter un ornithoptère ou autre... c'est un peu décevant: cela cet objet ne sert à rien. On pourra toujours mentionner les objets magiques à usages privilégiés mais même ces derniers peuvent être utilisés si un roublard ou un autre individu charismatique investit dans la compétence appropriée: utilisation d'objet magique. Certes les lanceurs de sorts peuvent faire de même... mais après, ils peuvent se faire piétiner sur leur propre terrain eux-aussi. Oui, il pourrait aussi y avoir dit-on la RD qui ne pose pas de problème aux lanceurs de sorts mais qui gênent les martiaux mais même là, j'ai un doute: Une arme magique suffit à leur régler leur problème et quand la magie ne suffit plus, même les lanceurs de sorts peuvent avoir des problèmes ce qui les abaissent à leur niveau. Le truc par contre qui gêne: la résistance à la magie voire l'immunité. Certes, tous les sorts ne s'appliquent pas à cette fameuse résistance mais les martiaux peuvent de ce point de vue prouver leur vrai potentiel! A contrario: Quel lieu, quelle situation, quel plan (en supposant que sa gravité et sa morphique soient normales bien sûr!) et quelle condition peut franchement réduire les pouvoirs extraordinaires? On pourra toujours citer les pouvoirs extraordinaires de ceux qui ne lancent pas de sorts mais je ne trouve pas qu'ils soient tous hyper utiles. En dernier recours, je n'ai rien à dire sur le multiclassage: effectivement, selon la combinaison, n'importe qui peut optimiser au point d'être supérieur à la plupart des classes de base. Rien à dire, sinon que multiclasser des martiaux seulement n'est pas complètement idiot non plus. En fin de compte, je pense que si vous voulez grobiller une classe, même si elle ne lance pas de sorts, vous parviendrez toujours à vos fins et ce même si vous avez besoin de faire plus un effort d'imagination que pour d'autres. En résumé voilà mon avis: Les lanceurs de sorts sont très efficaces et les martiaux arrivent difficilement à leur cheville certes mais ils me semblent limités quand même vachement à côté de ces derniers plus intuitifs et qui peuvent aussi s'intéresser à la magie ! Les sorts sont balèzes! Un peu trop même: les guerriers se font vaporisés en deux instants. Quand j'entends cela, j'ai presque envie de rire: Ben oui, sinon la magie n'aurait pas d'intérêt si elle ne savait rien faire. Cependant, je maintiens mon point de vue: ils sont limités. Pas seulement dans la fréquence de leur utilisation en plus: Il faut noter aussi que la plupart des sorts me paraissent plus limités qu'ils en ont l'air: Même le sort le plus puissant, souhait, a ses limites. Quand je jette aussi un coup d'oeil au DD, je pense que ce sont quand même les plus faciles à éviter: ils ne peuvent avoir la moitié du niveau du personnage contrairement à la plupart des aptitudes comme celles de la représentation du moine ou de l'attaque mortelle des assassins. Ce qu'on omet souvent aussi, c'est que selon le plan où l'on se trouve, la magie est bouleversée, annulée voir pervertie et cela ne me paraît pas forcément limité à cela: Quoi de plus normal qu'un lieu archi important et gardé par une communauté de gens qui détestent la magie qui ont placé de quoi en annuler les effets. Une simple roche inconnue pourrait avoir une propriété de négation. Tombez sur un gisement de ces minerais et c'est mort! D'autres encore pourrait avoir une action spirituelle: Un dieu peut-il vraiment offrir ses pouvoirs à un adepte divin alors que ce dernier est au fin fond de la fosse des enfers ou les dieux sont si éloignés? Le simple fait de fréquenter un lieu d'une autre divinité opposée à la sienne me parait dangereux. Le moine, une classe moins bonne que les autres? La question qui fâche... Le moine est très critiqué et il me semble que beaucoup de choses viennent et reviennent. Voici des phrases qui reviennent souvent et je donne ma version. Libre à vous de me contredire! Quand le moine excelle dans quelque chose, toutes les classes font mieux que lui. ... Ah bon? J'entends toujours cela mais j'ai besoin d'exemples plus marquants que les dégâts/compétences. Pouvez-vous m'aider? Parce que placer plus d'attaques plus précises qu'un moine me parait difficile. Le moine est nul en combat! Si vous estimez que le combat se limite à des paquets de dégâts, à des zones d'effets de boules de feu ou à un one-shot. On peut dire effectivement qu'il est nul en combat... Or ce n'est pas le cas! Je pense que l'erreur est qu'on assimile les moines aux karatékas qui arrivent à briser des pans de murs d'un coup de pieds ou à se la jouer san-goku mais on oublie je pense un détail: Il existe de multiples voies pour remporter la victoire. L'enchanteur qui endort ses ennemis ou qui les fait fuir n'a pas versé la moindre goutte de sang et pourtant il a gagné le combat. Le moine, c'est pareil: Il fait des manoeuvres offensives et aide ses alliés. Il profite de sa mobilité pour atteindre des endroits éloignés et profite de son poids plume pour nager, escalader là où les guerriers blindés ou la magos moins entraînés ont des difficultés. Même si le roublard fait mieux de ce point de vue là et que le magicien vole, la classe du moine reste mobile et bénéficie de surcroît d'une capacité de défense sous-estimée (en plus du fait qu'il bénéficie d'immunités). La principale erreur est donc celle-là: Le moine n'est pas fait pour infliger des dégâts lourds et one-shoter ses ennemis. Rendre un ennemi sans défense en l'assomant ou en le mettant à sa merci est largement suffisant pour placer un coup de grâce! Un shaolin qui délaisse la voie de la fluidité et de l'exploitation des faiblesses au profit de la force brute... Ah ouais!? Et tu fais comment ton croc-en-jambe aux ennemis qui ont plusieurs pattes, pour désarmer un dragon, pour lutter avec un truc trop grand pour toi voire pour toucher une nuée?! Evidemment, cela casse complètement mon précédent speech mais je retourne la question aux autres: Comment le mage touche un golem avec son petit bâton, comment il fait pour faire un croche patte avec son sort face aux mêmes ? Comment le barbare fait pour toucher l'adversaire qui vole avec sa lance et comment il fait pour toucher la nuée ? La réponse est la même: Il laisse faire ses compagnons mieux adaptés à ce genre de soucis. Je ne vois pas pourquoi le moine, plus qu'un autre, est limité de ce point de vue. Quand vient même, cela ne le rend pas useless pour la cause. Vous voulez obtenir un moine? Prenez un guerrier ou un barbare qui se bat à poings nus et vous obtenez le même résultat! Même du point de vue RP et historique. Que nenni! Incarner un moine ne se résume pas à se battre à poil! Il s'agit généralement d'érudits et de gens subtiles ce que les barbares et les guerriers ne sont pas. Après, il y aura le multiclassage direz-vous mais avoir des pouvoirs de bardes et de barbare simplement pour imiter un shaolin, cela est-il vraiment fidèle à l'idée de base? J'entends par là l'aspect représentation et rage qui me paraissent un peu contradictoire avec l'individu silencieux, méditatif et qui cherche l'harmonie en maîtrisant ses émotions au lieu de les libérer de façon brute. Quand au guerrier, il apparaîtra plus comme un adepte de ju-jitsu que comme un moine. Le moine n'a que des défauts! Certes, il y a des défauts marquants auquel je n'ai rien à redire: -Un BBA moyen. Pour un martial?! Les dons de guerriers sont alors des utopies pour lui! -Il place un déluge de coup et a une grande mobilité. Difficile voire impossible de combiner ces actions! -Ses dégâts sont plus que moyens. De plus, il risque sa peau en touchant des ennemis qui blessent les porteurs d'attaques naturelles. -Il ne peut porter aucune armure. -Les objets qui l'aident comme l'amulette des poings puissants et autres sont hors de prix! -Des capacités trop situationnelles et mieux reprises à plus bas niveau: Exemple: Le langage du soleil et de la lune (un simple don des langues fait la même chose au niveau 1). Plénitude physique soigne mais vachement moins bien qu'un soin digne de ce nom contre 2 points ki! -1d6 x 10 richesses au niveau 1. Pathétique quand on sait qu'il n'y en a aucun qui possède son taux de richesse moindre ou égal. -Les seules capacités qui l'aident vraiment sont limitées (comme le ki). -Son alignement est limité au loyal (sauf pour l'artiste martial). Pourquoi limiter une classe qui elle-même a les défauts précédents qui lui suffisent? Cependant, je pense qu'il y a une palette de possibilités accessibles au moine qui ne sont pas si anecdotiques que cela: -Une mobilité monstreuse sans assistance par la magie. Cela paraît nigaud mais quand on est dans le noir et qu'une créature est limitée à 36 mètres (en général, cela ne va pas plus loin), il suffit d'être au niveau 9 et c'est suffisant pour sortir de son champ de vision pour peu qu'il n'y ait pas trop d'obstacle. Avec un déplacement accéléré, il augmente sa mobilité dans le terrain difficile, il saute haut (Pas loin de rattraper un mago qui vole à 10 mètres du sol) et il peut en plus se retrouver au contact des archers en un instant. Combiné avec un don de Comme le vent, il peut même avoir un court répit. Je trouve de plus que le don attaque éclair a plus d'utilité dans une classe de moine qu'une autre (se déplacer et placer une attaque durant le déplacement? A 6 cases (12 pour un barbare non chargé) c'est bon pour les pièces fermées!). -Le moine peut être tout nu. On lèvera les yeux au ciel face à une telle évidence mais il y a des aspects qui peuvent en tirer parti: Le moine peut servir de porteur puisqu'il n'a pas besoin de grand chose et même si sa force n'est pas toujours aussi élevée que celle d'un barbare, il sera très rarement encombré. Lorsqu'il dort et qu'une embuscade se passe la nuit, il n'a pas besoin de dégainer ni de chausser son armure qu'il a enlevé pour dormir et il n'a même pas besoin d'attaquer avec le peu de sorts qui lui restent (ben oui: dormir c'est surtout intéressant pour recharger ses pouvoirs). En plus, il y a des cas particuliers ou il peut être privé de son arme comme lorsqu'il est confronté à des gardes d'un palais (un bâton de magicien peut servir d'appui mais quel mec intelligent laisserait un bâton à un magicien?). Dans d'autres cas, le fait d'être habillé légèrement est parfait pour le rôle de l'éclaireur: il pourrait s'habiller en mec ordinaire sans avoir besoin de dissimuler une arme, il n'a pas de malus d'armure ni de malus à la fuite lorsqu'il est grillé (et sa mobilité peut l'aider). En plus, du point de vue social, on se méfiera moins d'un gars sans armure, sans armes et qui a un petit air calme de surcroît. -Le moine possède des jets de sauvegarde forts partout (c'est la seule classe qui a cela)! Comme il a une bonne dextérité et une bonne sagesse en général (plus une résistance à la magie à un certain niveau), il est résistant aux maladies, aux souffles des dragons (esquive totale complète à merveille cet aspect de la chose) et à presque tous les sorts. -Le moine n'est pas excellent mais il peut toucher à bien des rôles: Eclaireur, combattant (surtout pour les manoeuvres offensives en fait), érudit et même espion. De plus, j'estime que du point de vue Roleplay, au même titre que certains prêtres et la classe de PNJ noble, la classe en elle-même peut être un prestige en soi. -Certaines races ont une durée de vie si courte que j'estime que la rarissime capacité de jeunesse éternelle est un moyen non négligeable de lui faire conserver sa forme pendant un long terme et le faire traverser les âges avec les elfes. (en même temps, jouer un demi-orque moine est assez amusant rien que dans son nom). -On aura beau dire ce que l'on veut, la classe possède un esthétisme et un style propre à elle-même et si le joueur n'est pas grobilleur, elle peut grandement le satisfaire. Le moine doit s'éparpiller dans toutes les caractéristiques sauf le charisme pour être utile et viable... En plus, il faut fouiller dans les autres sources pour le rendre présentable (et encore, cela ne suffit pas). Non... Le problème que j'ai soulevé, c'est que le moine n'a pas une grande force et il l'allie mal à la dextérité. Alors pourquoi se spécialiser dans les dégâts?! Prenez un moine, mettez lui de la constitution, de la dextérité et de la sagesse et il suffit de deux dons pour qu'il soit utile: Attaque en finesse et manoeuvre en finesse (ce qu'un humain peut avoir sans aucun problème au niveau 1). Voilà! Même si les RDs et les créatures aux lourds points de vie poseront des problèmes, le moine a sa place et son utilité. Il a une CA et des jets de sauvegarde de malade, il peut placer des manoeuvres offensives sans craindre d'attaques d'opportunités (combiné à une arme appropriée de son maniement et à une bonne gestion de la compétence acrobatie) qui faciliteront la tâche aux alliés. Et cela, c'est au niveau 1 seulement! Pas besoin de la force, de l'intelligence ou du charisme. Hem, pas viable? Même sa constitution compense son D8 de vie... et citez moi quelle autre source empêche ce mode de création basique qu'il est possible d'étoffer avec des dons comme souplesse du serpent, comme le vent et autres. Fondamentalement, il faut de toutes façon au minimum 2 caractéristiques pour avoir un personnage viable: Force et constitution pour le barbare. En plus, il devrait investir en dextérité s'il ne désire pas avoir une armure médiocre. Intelligence et dextérité pour le magicien (déjà qu'il ne porte pas d'armure ce qui ne le rend pas aussi doué que le moine, si en plus il était facile à toucher... et puis même, rien que pour les attaques de contacts à distance!) et si ce dernier n'a pas une bonne constitution, c'est trop fragile! Le roublard doit aussi allier la force et la dextérité puisque son atoût réside dans sa mobilité, sa capacité d'armure légère et dans son art de désamorcer les pièges. Anodin puisqu'il peut faire comme le moine... sauf qu'il doit savoir qu'il y a des pièges et y survivre, la sagesse et la constitution entrent aussi en ligne de compte pour en tirer pleinement profit... et il s'agit des mêmes caracs que celles dont le moine excepté l'intelligence qui pourtant est à la base de certains talents de roublards comme la petite magie, certains jets de sauvegarde et autre... Sans parler de ses compétences! Plus son aspect social, lui aussi devrait s'éparpiller dans le charisme s'il compte Le prêtre doit miser à la fois dans le charisme et la sagesse. Dans ces conditions, je ne vois pas pourquoi le moine est plus disparate qu'un autre. Même le druide peut rencontrer des problèmes avec des caracs trop faibles: Dressage et empathie animale (charisme), sorts (sagesse), dégâts et attaque (force même si sa forme animale et ses autres aptitudes lui permettent de taper plus, c'est assez utile quand on a des armes limitées), dextérité (idem: les sorts de contact comme flamme et autres. En plus, pas d'armure métallique donc armure moins bonne sauf si peau d'écorce, bois de fer etc.) et constitution (qui de manière générale est la caractéristique la plus importante pour tout le monde). Aussi, j'ai lu qu'il existe un truc optionnel qui s'appelle la frappe visée. Viser cela est vraiment un bonheur pour toutes les classes confondues mais il existe un don qui permet de le placer à la place d'une attaque et de frapper plus précisément. Résultat des courses? Un déluge de coups en direction de membres vitaux... C'est difficile mais il finira bien par y avoir une touche. Je l'avoue cependant, ceci est une autre source que le manuel de base mais la règle en soi n'est pas limitée au moine qui peut le faire assez facilement lorsqu'il se fait passer pour un ami, prend l'initiative et attaque son adversaire médusé (un gars ordinaire prépare un unique sort ou dégaine afin de placer l'attaque. Le moine le fait sans problème). J'oublie quelque chose? Ah oui, le charisme... Pourquoi? Intimider l'adversaire avant de l'attaquer, c'est pas forcément mal. Représentation peut lui permettre aussi quelque chose: Prenez le cas des combats de spectacles par exemple. Il peut y avoir un. Pas besoin donc d'en faire un artiste aussi doué que le barde pour tirer parti de cette capacité. Le druide: Le druide est une classe puissante! Mais est-ce que c'est vraiment justifié? -Le druide peut choisir n'importe lequel de ses sorts dans sa liste lorsqu'il prépare ses sorts. Argh! Que celui qui a fait cette règle soit brûlé vif! Les druides sont trop polyvalents de ce point de vue. Quelle mémoire est suffisament grande pour que le druide retienne tous ses pouvoirs? Un être humain ordinaire n'est déjà pas capable de se rappeler tous les gens qu'il connait et mémorise à peine quelques numéros de téléphone. Nous dirons alors que ce sont les esprits de la nature qui lui proposent ce genre de chose... lol. Nous pourrons alors tabler sur leur mémoire exceptionnelle mais le magicien est lui-même limité dans son grimoire et doit même mémoriser le sort qu'il a choisi dans son grimoire. Comment une telle intelligence peut elle être dépassée par des individus parfois plus bêtes qu'eux? Donner l'accès à la pleine liste comme cela, sans rien me parait être une abberration! Faites l'exercice: Essayez sans votre livre de citer la liste des sorts de druide (sans dépasser le niveau 1) et comme la méditation est un phénomène passif, ne prenez surtout pas de notes! Alors? Du reste, c'est surtout cela la grande cause de son adaptabilité monstrueuse qui le fait dépasser les autres classes. Comment peut-on laisser passer un truc aussi illogique. -Pouvoir de la nature! Même sans nature? Le druide possède beaucoup de limites, doit vénérer la nature, ne pas enseigner le druidique ni porter d'armure en métal et garder un alignement autorisé. Jusque-là, cela ne paraît pas bien méchant comme limites sans parler de tout ce que le druide sait faire pour le compenser! Par contre, ce que je ne comprends pas, c'est que sa magie fasse effet partout! Comment voulez vous faire appel à un animal de la forêt si vous êtes situé en plein désert? En effet, les créatures monstrueuses convoquées font partie d'autres plans et sont donc pas si éloignées et passent à travers les limites du multivers ce qui peut donc se justifier mais faire apparaître un loup dans un milieu naturel qui n'est pas le sien et le faire combattre puis disparaître comme cela ne semble choquer personne... A part pour les fées, je ne vois pas pourquoi cela devrait fonctionner pour tous les endroits, surtout si ces derniers sont dangereux pour tous (exemple: invoquer un dauphin sur terre ne va pas forcément le tuer mais est-il suffisament idiot pour répondre à cet appel?). Sans parler de la convocation: Les milieux stériles, les villes, les endroits coupés du monde naturel et qui sont de vrais endroits sans vie possible peuvent-ils être sans avoir des conséquences sur les sorts des druides? Sans parler des pouvoirs qui font pousser des végétaux (ce qui peut avoir du sens) pourquoi les esprits de la nature iraient partout, même en enfer pour soutenir le personnage? A revoir... Le prêtre: Je serai avec toi partout où tu iras! Pareil pour le dieu: Ira-t-il aider son disciple situé dans la sixième strate de l'enfer là où lui-même n'a plus de pouvoir. Simple exemple: Le pouvoir de Seth, dieu égyptien jaloux, s'arrête au seuil du désert. Poséidon ne peut agir sur la mer des monstres, le dieu tout puissant ne peut rien contre un coeur fermé... Que penser alors de ce qu'offrent les dispenseurs de grâce à peu prêt n'importe où et n'importe quand?! Des sorts blasphématoires: Je rappelle déjà l'aberration du choix des sorts entièrement libre et adaptable du druide également appliqué au prêtre mais je rajoute de surcroît le manque de limites: Certes, on ne peut pas lancer un sort opposé à son alignement... c'est tout?! Le dieu de la paix autorise les sorts qui améliorent les compétences martiales? Le dieu de la souffrance autorise les soins? Le dieu de la mort autorise les rappels à la vie? A revoir... je ne pense pas que cela suffise pour enfreindre les préceptes culturels d'un dieu mais je trouve tout de même douteux qu'ils offrent la possibilité de lancer ces pouvoirs qui n'est, à mon sens, pas du tout conforme à leur propre personnalité. Maintenant, je vois les règles mais je pense qu'il y a des MJs qui ont eu la même réflexion que moi (si vous êtes là, poussez un cri!). Des armes et des armures: Je crois que je vais faire un infarctus: Le prêtre possède une épée et une cotte de maille. Rien ne vous choque? Un prêtre, c'est d'abord un communiant avec les dieux, le chef d'une église et d'un groupe de fidèle. A part pour les dieux de la guerre, en quoi cela les prédispose-t-il plus qu'un magicien ou qu'un homme du peuple au maniement des armes et d'une formation de port d'armure. Les prêtres lancent des sorts ce qui est déjà beaucoup dans la mesure où le nom thaumaturge ou prophète aurait mieux convenu que prêtre. (Bah oui, Jésus était un prophète et fils de dieu, il était fidèle à dieu mais n'a jamais été prêtre pour la cause. Les autres prêtres, à part la soutane... je vois pas... J'ajoute à cela que jésus ne portait ni armure ni arme.) Pourquoi la cause du combat concerne-t-elle tous les prêtres?! Il y a déjà les paladins pour l'idée d'un combattant qui défend sa foi. Voilà, j'ai déversé ma bile. A vous de réagir...